Tribute 2 Hip-Hop

Le Rap Français devant la justice pour incitation à la violence

Posted on: 16 août 2009

Depuis le début des années 1990, de nombreux rappeurs se sont retrouvés devant les tribunaux à cause de la violence de leurs propos. Que ce soit justifé ou non, voici les démélés judiciaires les plus populaires du rap français:

NTM

Le groupe composé de Kool Shen et de Joey Starr fut sans doute celui qui collectionne le plus grand nombre de démélés avec la justice.

En 1993, alors que vient de sortir le titre Police, la Police Nationale ouvre une enquête. Le sujet de cette intervention, la citation suivante, chantée par Kool Shen dans le morceau:

« Comment peut-on prétendre défendre l’ Etat quand on est soi-même en état d’ébriété avancée, souvent mentalement retardé ? »

Deux ans plus tard, lors d’un concert à Toulon, ville dont la municipalité élue appartient au Front National, NTM insulte les policiers présents. L’année suivante (1996), le maire de la ville refuse d’accueillir le groupe, qui est pourtant programmé à un festival dans la préfecture du Var. Le préfet du département se dit choqué des propos du duo et un procès est ouvert. Ce dernier se solde par la condamnation des NTM à trois mois de prison ferme et à six mois d’interdiction d’exercer la profession de « chanteur de variété » (lol). C’est d’ailleurs ce procès qui va conduire en 1998, après un dernier album (Supreme NTM) et une tournée magistrale, à la dissolution du groupe.

Ministere A.M.E.R

En 1997, le Ministere A.M.E.R est condamné à 250 000 FF d’amendes à la suite des plaintes concernant le titre Sacrifice de Poulet, Bande Originale du film La Haine. Ce titre raconte une soirée d’émeutes en banlieue, durant laquelle les émeutiers incendient un commissariat et « sacrifient les poulets » (policiers). Le Ministère de l’Interieur poursuit alors le groupe pour incitation au meurtre. Condamné, le groupe n’a plus le droit de remonter sur scène, et, point commun avec le groupe N.T.M, le Ministèere A.M.E.R se sépare suite à une décision de justice.

Sniper

En 2003, Nicolas Sarkozy (Ministre de l’Interieur) porte plainte contre le groupe Sniper pour propos « racistes, antisémites et injurieux ». Le groupe sera finalement relaxé en 2005, mais l’affaire s’est transformée en polémique qui n’a pas permis la meilleure des promotions à l’album Du Rire Aux Larmes.

Sujet de cette plainte, certains propos tenus dans le titre La France:

« On n’est pas dupes, en plus on est tous chauds, pour mission exterminer les ministres et les fachos »

« Frères je lance un appel, on est là pour tout niquer, leur laisser des traces et des séquelles avant de crever »

Lunatic

En 2005, un groupe de 153 députés et 49 sénateurs saisissent la justice pour incitation au « racisme anti-blanc et à la haine de la France« . Le sujet de la controverse porte sur 7 groupes, dont le légendaire duo Lunatic.

Les propos reprochés remontent à 2000 et leur album Mauvais Oeil, dans lequel on peut entendre:

Quand j’vois la France les jambes écartées, j’l’encule sans huile. (…) Tu m’dis : « la France un pays libre » ; (…) attends-toi à bouffer du calibre. J’rêve de loger dans la tête d’un flic une balle de G.L.O.C.K

Monsieur R

En aout 2005, le député UMP de Moselle François Grosdidier porte une réclamation devant le garde des Sceaux en fustigeant « FranSSe« , une chanson de Monsieur R.

Une plainte est d’ailleurs déposée pour « outrage aux bonnes moeurs« , à cause des propos suivants:

La France est une garce, n’oublie pas de la baiser jusqu’à l’épuiser ! (…) Moi, je pisse sur Napoléon et sur le général de Gaulle.

Orelsan

Fin Mars 2009, la justice est saisie pour propos diffamatoires et mysoginie. La cause de cette action, le titre Sale Putte d’Orelsan, dont le clip est en ligne sur le web via Dailymotion et Youtube.

Orelsan étant programmé au festival le Printemps de Bourges, le Conseil Régional du Centre menace de réduire les subvention allouées au festival si le rappeur Caennais n’est pas déprogrammé de ce dernier. Les organisateurs refusent catégoriquement, déclarant;

Nous refusons d’ être complice d’un véritable tribunal populaire qui tente de se substituer à la justice dans un Etat de droit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Page Facebook de Tribute 2 Hip-Hop

Les rubriques de Tribute2hiphop

%d blogueurs aiment cette page :