Tribute 2 Hip-Hop

Archive for the ‘RnB US’ Category

La version américaine de X Factor a repris, avec notamment Nicole Scherzinger (Pussycat Dolls) dans le jury.

Lors des auditions, un jeune californien de 28 ans, Chris Rene, a éblouit tout le monde par sa performance. Il a interprété une chanson r’n’b qu’il a lui même composé. Sa prestation a émut tout le monde, jury comme public. Certains voient déjà en lui quelque chose de LA Reid.

Source: GrosPanda.com

Étiquettes : , , ,

Agée de de 22 ans, Rihanna n’est déjà plus une « étoile montante » de la musique, elle est une véritable star, à placer aux cotés de Lady Gaga, Beyonce ou Madonna.

Veritable consécration, Rihanna cumule tous les records depuis 2005 (année de ses débuts, et la sortie de son premier album). Petite protégée du rappeur-producteur Jay-Z, elle a déjà, malgré son jeune age, vendu 16 millions d’albums et 70 millions de disques (albums et singles réunis). Elle est aussi l’artiste féminine ayant placé le plus de Top 10 des ventes de singles mondiaux des années 2000. Pour citer ses plus grands tubes lui devant ce succès: Umbrella (resté 10 semaines au sommet des ventes au Royaume-Uni, ce qui est le record du XXème siècle!), SOS, Take A Bow, Disturbia, Unfaithful, Live Your Life (featuring T.I), Don’t Stop The Music, Russian Roulette, Rude Boy, et Love The Way You Lie (featuring Eminem).

Elle a en outre gagné 50 récompenses partout dans le monde. Elle a notamment été lauréate de 5 NRJ Music Awards, 8 MTV Music Awards, 1 Grammy Awards, 1 American Music Awards,… Pour finir avec ses records, « la femme de l’année 2009 » (d’après le magazine américain Glamour) est la seule artiste à avoir sorti 4 singles ayant enregistré plus de 3 millions de téléchargements légaux (Umbrella, Disturbia, Don’t Stop The Music, et Live Your Life).

Mais, si Rihanna en est arrivé là, cela est dû, certes à sa voix et à son sens du rythme, sans doute aussi un peu à son physique de rêve, mais surtout au fait qu’elle maitrise parfaitement les techniques du « marketing de la personne » (à l’instar d’une certaine Lady Gaga). En effet, en 2005, lorsque le grand public la découvre, elle arbore un look assez « poupon », un style classique, représentant une adolescente afro-américaine parmi tant d’autres, qui ne se différencient pas vraiment de ces consoeurs de l’époque Cassie, Ashanti, etc…

Mais pour etre une star, il faut se différencier. Et cela, Rihanna l’a très bien compris. C’est pourquoi, elle ne va pas tardé à arboré des looks extravagants, tout en jouant avec les cotés glamour, sexy et arrogant. C’est ainsi qu’à chaque album, elle va arborer des coupes de cheveux excentriques et des tenues hors du commun. On se souviendra en effet de son « look cheveux courts agrémentée d’une longue frange » dans le clip d’Umbrella ou sa teinture rouge dans celui de Love The Way You Lie.

Robyn Rihanna Fenty (de son vrai nom) est toujours resté fidèle, malgré son succès, à ses « premiers amours », notamment Jay-Z. Depuis le début de sa carrière, elle est en effet toujours restée chez Roc-A-Fella, la label du rappeur New-Yorkais appartenant à la Def Jam.

D’origine barbadienne, elle est née à Saint-Michael de Barbade d’une mère Guyano-Africaine native de Guyana et d’un père Barbado-Irlandais. Après avoir gagné un concours de chant en 2003, elle va se voir proposer de quitter son île natale pour partir à New-York enregistré une maquette de 10 titres. Des morceaux grâce auxquels elle va taper dans l’oeil de Jay-Z, qui l’a fait signé à la Def Jam, qu’il dirige à l’époque. C’est ainsi que naît le single Pon De Replay et, à la fin de l’année 2005, son premier album Music Of The Sun, qui l’a propulse sur le devant de la scène alors qu’elle n’est, à l’époque, agée que de 17 ans.

Véritable star, Rihanna n’échappe par à la surexposition médiatique. Souvent traquée par les paparazzis, elle a notamment fait la Une de l’actualité people dernièrement pour son idylle avec Chris Brown. Une histoire d’amour qui se finit mal: Rihanna le quitte et avoue avoir été l’objet de violence conjugales de la part du chanteur, qui fit aussitôt l’objet d’un gros scandale.

Discographie:

2005 : Music of the Sun
2006 : A Girl Like Me
2007 : Good Girl Gone Bad
2008 : Good Girl Gone Bad: Reloaded
2008 : Good Girl Gone Bad: The Remixes
2009 : Rated R
2010 : Rated R: Remixed
2010 : Loud (à paraître en novembre)

Étiquettes : , , , ,

De Jennifer Lopes à J Lo, du 7ème art aux disques d’or…

Jennifer Lopes (ou Lopez), ou encore J.Lo… ces noms n’échappent à plus personne!

Outre sa plastique parfaite et son phyisque de bimbo, elle est surtout connue pour avoir vendu 55 millions disques. Veritable femmes d’affaires, elle est à la tete d’une fortune qui avait estimé à 110 millions de $ en 2009 (plutot honnete, non?).
En revanche, ce que les gens savent moins c’est que Jennifer Lopez, avant d’être une pop-star, a commencé par le cinéma (et non l’inverse). Elle commence en effet sa carrière à l’age de 16 ans: une carrière en temps qu’actrice, bien loin des studios d’enregistrement de Sony Music, qui lui apporteront à la fin des années 1990 tant de popularité.

A l’époque danseuse pour des spectacles musicaux, elle est remarquée par des producteurs lors d’une audition. C’est ainsi qu’elle tourne son premier film en 1986: My Little Girl. Après avoir tenu un rôle récurent pendant plusieurs saisons dans la série américaine Livin’Color, elle partage l’affiche de Money Train avec Wesley Snipes en 1995. C’est ce film qui projeta J Lo sur le devant de la scène. Jennifer Lopes enchaina alors les rôles et devint rapidement une des artistes les plus prisées d’Hollywood. La meme année, Gregogy Nava la met à l’affiche notamment de My Family, sorti en 1995, rôle grace auquel elle se voit citée à l’Independant Spirit Award. Suivra une nomination Golden Globe Awards pour son premier role dans le film Selena, puis des apparitions dans de nombreux films: U Turn, Anaconda, et Blood and Wire.

Alors que Jennifer Lopez réussit a percer dans le 7ème art, elle a toujours rêver de chanter. Surfant sur la vague de sa popularité, elle signe chez Epic Records (label de Sony Music), et sort son premier album en 1999: On The Six, d’où sont extraits Waiting For Tonigth, If You Had My Love et Let’s Get Loud. Deux ans plus tard, J Lo récidive en sortant son deuxième opus éponyme. Cet album obtient un réel succès grâce aux singles Love Don’t Cost a Thing et I’m Real, en duo avec Ja Rule.

A cette époque, Jennifer Lopes fait également la une de l’actualité people pour son idylle avec le Puff Daddy, lui aussi au premier plan médiatique. Ils vont formé jusqu’en 2002, l’un des couples les plus glamours de la vie New-Yorkaise.

Déjà au sommet de son art, et reconnue comme une véritable « sex-symbol », Jennifer Lopez devient aussi l’actrice latine la mieux payée d’Hollywood (15 millions de $ par film).

J Lo va ensuite enchainé les histoires d’amours médiatiques (l’acteur Ben Alfeck, le chanteur Marc Anthony, …), les retours dans les backs (sorties de This is Me Then en 2003, Rebirth en 2005) et les box-offices (apparitions dans les films Sa mère Ou Moi! et Une Vie Inachevée en 2005).

Mais Jennifer Lopes n’est pas le genre de personnes à se reposer sur ses acquis. Elle a besoin de créer, de tenter de nouvelles choses. En 2007, elle sort un album entièrement en espagnol, sa langue maternelle (elle est d’origine porto-ricaine) et tourne dans deux films indépendants (El Cantante et Bordertown), choses qu’elle n’avait jamais osée faire auparavant.

Après avoir essuyée le premier échec musical de sa carrière avec l’album Brave, elle marque une pause en 2008 pour, à l’age de 38 ans, mettre au monde des jumeaux (dont l’heureux papa est Marc Anthony, qu’elle a épousé quelques années plus tôt, et avec qui elle vit toujours!).

Revenue en 2010 sur le devant de la scène avec sa signature avec Island Def Jam, le label de LA Reid, avec lequel elle sortira son 7ème album (prévu prochainement, dont le titre pourrait être Love). Cette année, elle a également fait quelques apparitions dans la série How I met Your Mother et a fait un retour très attendu sur grand écran avec le film Le Plan B.

Filmographie:

  • 1986: My Little Girl
  • 1995: My Family
  • 1995: Money Train,
  • 1996: Jack
  • 1996: Blood and Wire,
  • 1997: Anaconda,
  • 1997: U Turn,
  • 1998 : Hors d’atteinte (Out of Sight),
  • 2000 : The Cell
  • 2001 : Un Mariage Trop Parfait
  • 2001 : Angel Eyes
  • 2002 : Plus jamais (Enough)
  • 2002 : Coup de foudre à Manhattan (Maid in Manhattan)
  • 2003 : Amours troubles (Gigli),
  • 2004 : Père et fille (Jersey Girl),
  • 2004 : Shall We Dance ?,
  • 2005 : Sa mère ou moi ! (Monster-in-Law)
  • 2005 : Une vie inachevée (An Unfinished Life)
  • 2007 : Les oubliées de Juarez (Bordertown)
  • 2007 : El Cantante
  • 2010 : Le Plan B (The Back-Up Plan)
  • 2010 : The Governess

Discographie

  • 1999 : On The 6
  • 2001 : J. Lo
  • 2002 : J To Tha L-O! The Remixes
  • 2002 : This Is Me… Then
  • 2003 : The Reel Me (CD de remixes + DVD)
  • 2005 : Rebirth
  • 2007 : Como Ama Una Mujer
  • 2007 : Brave
  • 2011 : Love?

Jennifer Lopes

R Kelly, the King of R’n’B

Qui ne connait pas Robert Sylvester Kelly? Ce nom ne vous dit peut-être rien mais vous avez forcément entendu sa voix douce et mélodieuse originaire de Chicago (‘Illinois). Il est en effet plus connu sous le pseudo R Kelly. C’est en effet sous ce nom qu’il a vendu, depuis 1990, plus de 50 millions d’albums.

‘Kell’s’, comme il se surnomme dans ses propres chansons, est aussi plus populaires pour les rumeurs et les accusations de pédophilie qui ont pesé sur lui. En 1994, le bruit court qu’il aurait demandé en mariage une jeune chanteuse de 14 ans qu’il produit alors. Cette jeune femme en personne n’est autre que la célèbre Aaliyah, dont R Kelly lanca la carrière.

Quelques années plus tard (2002 exactement), le Chicago Sun-Times ébruite un autre scandale à son sujet. Le journal signale avoir vu une vidéo sur laquelle on voit R Kelly avoir des relations sexuelles avec une jeune fille de 14 ans (qui est en outre la nièce de la chanteuse Sparkle). R Kelly plaide non coupable et n’a cessé de clamer son innocence.

Alors qu’un scandale du même genre n’a jamais discréditer Michael Jackson, gardant l’admiration de ses fans, ces accusations vont avoir un effet néfaste pour R Kelly: de nombreuses radios vont le déprogrammer, des manifestations anti-Kelly vont même s’organiser à Chicago. Pourtant très bien classé dans les charts, cette mauvaise publicité va faire chuter les ventes du très bel album, Best Of Both Works, en commun avec Jay-Z.

Mais l’orage va très vite passer. En 2003, il sort Chocolate Factory, double disque d’or de platine et numéro un aux Etats-Unis.

Musicalement, R Kelly se distingue par un timbre de voix doux et miéleux. Véritable phénomène de mode en 2000 avec l’excellent TP2.com, il a su évoluer faire évoluer le R’n’B vers des rythmes plus entrainant et un peu moins clichés (comme le prouvent les albums TP3 Reloaded, et surtout Double Up).

Côté featuring, de nombreuses collaborations sont à mettre au crédit de R Kelly. Parmi les plus réussi, on peut citer « Satisfy You » (feat Puff Daddy), « Did You Ever Think » (feat Nas), « Home Alone » (feat Keith Murray),  « I’m Your Angel » (feat Celine Dion) et « That’s That » (feat Snoop Dogg).

Auteur, producteur et interprète, il est incontestablement une des références en la matière. Ce n’est pas pour rien si on le surnomme « The King Of R’n’B ».

Discographie:

1992: Born Into The 1990’s (R Kelly & Public Announcement)

1993: 12 Play

1995: R Kelly

1998: R

2000: TP-2.com

2002: Best Of Both World (avec Jay-Z)

2003: Chocolate Factory

2003: The R. In R&B Collection, Vol. 1

2004: Happy People/ U Saved Me

2004: Unfinished Business 2004 (avec Jay-Z)

2005: TP3 Reloaded

2005: Remix City Vol.1

2007: Double Up

R-Kelly

Nate Dogg: L’histoire d’un miraculé

Tellement sousestimé… C’est comme ça qu’on pourrai décrire Nate Dogg, le crooner de Los Angeles.

Alors que tous les médias s’affolent de la mort de Michael Jackson, on en oublierai presque que si Nate Dogg est était toujours en vie, cela tient du miracle. En 2007, le chanteur subit une crise cardiaque. Il échappe de très peu à la mort et reste, pendant plusieurs jours, inanimé sur un lit d’hopital. Il en ressortira finalement vivant mais hémiplégique (paralysé du côté gauche).

Après quelques mois de rééducation, il reprend les chemins des studios, pour le plus grand plaisir de ces fans. Il enregistre notamment « A l’Ancienne » en featuring avec les PSY4 de la Rime. Mais ce morceau sera l’un des derniers de Nate Dogg. 10 mois après sa premère hospitalisation, il est de nouveau frappé par un arrêt cardiaque, le 15 septembre 2008. Alors qu’il vient de fêter ses 40 ans, sa vie n’est plus menacé mais sa santé ne lui permet pas, par exemple, de remonter sur scène ou d’enregistrer en studio. Il parvient désormais à respirer sans assistance mais est toujours nourri par tube.

On oublie aussi trop facilement que l’artiste a fait partie du très lucratif label californien Death Row dans les années 1990. En effet, lorsque Suge Knight met cette société de porduction en faillite en 2006, Nate Dogg ne fait partie de la liste des artistes étant, ou ayant été, sous contrat avec le label. Pourtant, même si aucun album de l’artiste n’est sorti sous Death Row, le crooner a été pendant de nombreuses années la voix des refrains sur les tubes de la maison de disques. Ainsi, on peut l’entendre sur les albums de Dr Dre (The Chronic), Snoop Dogg (Doggystyle), ou encore 2Pac (All Eyez On Me). Lors de la dissolution officielle du label, Nate Dogg s’est dit lésé et a engagé des poursuites contre l’ex PDG de Death Row, Suge Knight, lui réclamant 10 millions de dollars. Le chanteur assure en effet n’avoir touché aucun droits d’auteurs sur les featurings précédemment cités. Cette partie de cache-cache juduciaire avec l’ancien producteur a sans doute contribué à la détérioration de la santé de l’artiste, ces évenements n’intervenant que quelques mois avant ses problèmes cardiaques.

Que Suge Knight le veuille ou non, Nate Dogg est un emblême de la G-Funk et restera étroitement lié à Death Row et à ses artistes. C’est lui qui chante le 3ème couplet du légendaire « The Next Episode » (Dr Dre & Snoop Dogg). C’est aussi lui qu’on retrouve sur les refrains de « Regulate » de Warren G ou de « Skandalous » de 2Pac. Tout le monde a forcément entendu un jour la voie de Nate Dogg en écoutant du rap estampillé West Coast, certains même sans le savoir.

Mais Nate Dogg n’est pas que l’homme de featurings. Il a aussi sa propre carrière, qu’il débute en 1991 au sein du groupe 213, aux côtés de Warren G et Snoop Dogg. Ces trois artistes, tous issus de Long Beach, banlieue sud de Los Angeles, vont se faire rapidement connaître, avant d’entreprendre une carrière solo chacun de leur côté.

Célèbre pour sa voix grave et « vocodée », Nate Dogg tire son inspiration du gospel. Fils de pasteur, Nathaniel Dwayne Hale (de son vrai nom) passe en effet son enfance à pousser sa voix dans l’église de Long Beach, pendant l’office de son père.

En tout, Nate Dogg a sorti 7 albums. Il a su imposer son style dans le paysage du hip-hop américain, en délivrant une musique qui flirte sans cesse avec les limites du rap et du r’n’b.

Quelques mois après avoir écrit cet article, je reviens pour en modifier la fin. En effet, Nate Dogg n’est plus un « miraculé » mais une « légende », car comme 2Pac, Michael Jackson ou Biggie, Nate Dogg restera un personnage du passé. Il s‘est éteint le 15 mars 2011 à l’age de 41 ans. Certains parlent d’une crise cardiaque, d’autres de simples suites à ses AVC de 2007 et 2008. En tout cas, ce qui est sur c’est que tu nous manquera Nate ! RIP

Discographie

1997: G Funk Classics, Vol.1: The Ghetto Preacher

1998: G Funk Classics, Vol 1 & 2

2000: (G  Funk Classics, Vol 2) The Prodigal Son

2001: Music & Me

2002: Essentials (compilation)

2003: Nate Dogg

2004: The Hard Way (avec Warren G et Snoop Dogg: 213)
nate dogg

Étiquettes : , , ,

Destiny’s Child, la fusion du r’n’b, de la soul et de la pop

Les Destiny’s Child font partie de ces groupes qu’on ne pourra pas oublier. Alors que ses trois membres (Beyonce Knowles, Kelly Rowland et Michelle Williams) s’attèlent désormais a leurs carrières solos respectives, avec plus ou mois de succès, le groupe marqua incontestablement le début des années 2000.

Mélangeant habilement le r’n’b, la pop et la soul, les Destiny’s Child fut célèbres pour leurs messages d’amour et de gratitude envers leur public. Leurs textes rendaient en effet très souvent hommage à leurs très nombreux fans. C’est sans doute l’une des raisons de leur incroyable succès.

L’histoire des « enfants de la destinée » (Destiny’s Child) commence en 1997 à Houston au Texas. Le groupe est alors un quatuor, dont Michelle Williams ne faisait pas partie (Beyonce Knowles, Kelly Rowland, LaTavia Roberson, et LeToya Luckett). Le groupe se fait alors découvrir en participant à la bande originale du film les Men In Black. La même année, elles sortent leur première album, sur lequel on retrouve le featuring avec Wyclef Jean des Fugees « No, No, No ».

Après un 2ème opus en 1999 certifié double disque de platine, l’année 2000 marque un tournant dans la vie du groupe. Mathew Knowles, le manager du groupe et père de Beyonce, se dispute avec LaTavia Roberson et LeToya Luckett et les renvoie du groupe. Elles sont remplacées par deux nouvelles recrues: Michelle Williams et Farah Franklin. Cette dernière ne restera dans le groupe que quelques mois, avant qu’une divergeance d’opinions avec Mathew Knowles (encore!) ne la pousse à claquer la porte.

Ainsi, lorque Survivor sort en 2001, les Destiny’s Child ne sont plus que trois. Mais c’est justement avec ce visage-là que les Destiny’s Child vont devenir un véritable phénomène.

L’album Survivor déferle sur la planète et se classe rapidement numéro 1 des charts, avec les tubes « Bootylicious », « Survivor » et « Indepedent Women ».

Devant le succès du groupe, les membres décident de mettre les Destiny’s Child entre parenthèses, pour entreprendre une carrière solo.

Mais en 2004, le trio se reforme et délivre un album d’exception: « Destiny Fulfilled » (d’où sont tirés les titres « Lose My Breath » et « Soldier »).

Véritable consécration, le groupe est sacré, lors la cérémonie des World Music Awards de Septembre 2005, l’un des groupes féminins les plus vendeurs de l’histoire de la musique. Le trio totalise en effet plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier.

Discographie

1997: Destiny’s Child

1999: The Writing’s On The Wall

2001: Survivor

2001: 8 Days of Christmas

2002: This Is The Remix

2004: Destiny Fulfilled

2005: #1’s (Best Of)

Destinys-Child

Aaliyah est une chanteuse de R’n’B, qui a également réussi à faire carrière au cinéma.

Née le 16 Janvier 1979 à Brooklyn (New York), c’est à Detroit, dans le Michigan, qu’elle grandit.

En 1993, elle signe un contrat avec le label de son oncle, Blackground. Grâce à la contribution de R Kelly, également signé chez Blackground, elle sort sort son premier album: Age Ain’t Nothing But a Number. R Kelly a composé et écrit pratiqument toutes les chansons de cette opus.

Cette collaboration va tisser des liens entres ces deux artistes. Alors qu’elle n’est agée que de 15 ans, R Kelly se montre sensible aux charmes de la belle Aaliyah. Tombée amoureux, il lui promet de l’épouser lorsque celle-ci sera majeure. Cette épisode marque un tournant décisif dans la carrière d’Aaliyah. Accusé de viol et de détournement de mineur, R Kelly est condamné par la justice et ne peut plus approcher la chanteuse. Alors que leur collaboration venait de donner lieu à un excellent album, certifié disque de platine en un an, la cohabitation entre Aaliyah et R Kelly semblait consommée.

Alors qu’elle est à la recherche d’un son nouveau, elle reçoit une maquette d’un duo peu connu à l’époque: Timbaland et Missy Eliott. Rapidement séduite, elle va collaborer avec eux pour donner lieu, en 1996, à un nouvel album: One In A Million. Timbaland compose, Missy Eliott écrit, et Aaliyah interprète. Ce trio va produire un album certifé disque d’or, écoulé à plus de 8 millions d’exemplaires.

Couronnée de succès, Aaliyah devient un véritable phénomène de mode. Elle devient ambassadrice pour la marque de vêtements Tommy Hilfinger et fait ses débuts au cinéma: Panther (1995), Roméo Doit Mourir (2000), et La Reine des Damnés (2002).

En 2001, sort le troisième album éponyme d’Aaliyah. Toujours produit par Timbaland, cet opus contient des titres que l’on a plus besoin de présenter: Try Again, More Than A Woman, We Need A Resolution, Rock Tha Boat, etc…

Mais durant la promotion de l’album, un évènement tragique intervient. En revenant du tournage du clip de Rock Tha Boat au Bahamas, Aaliyah meurt dans un accident d’avion le 25 Aout 2001.

Elle laisse dérrière elle des projets de films non achevés. Aaliyah aurait du, en effet, occupé le premier rôle dans Honey et le rôle Zee dans la saga Matrix.

Ainsi s’achève tragiquement une carrière couronnée de 5 Grammy Awards, de 6 MTV Video Music Awards, et de 4 BET Awards.

Aaliyah a déjà vendu plus de 30 million d’albums et fait partie de ces chanteurs qu’une fin tragique a élevé au rang d’idoles (à l’instar de Michael Jackson, Tupac, Bob Marley, etc…). Huit ans après sa mort, elle continue encore de vendre et d’être programmée en radios.

Discographie

  • 1994: Age Ain’t Nothing But a Number
  • 1996: One In a Million
  • 2001: Aaliyah
  • 2002: I Care 4 U
  • 2005: Ultimate Aaliyah

Filmographie:

  • 1995: Panther
  • 2000: Roméo Doit Mourir
  • 2002: La Reine des Damnés

Les rubriques de Tribute2hiphop

%d blogueurs aiment cette page :